HyperviseurVMware

What’s in my LAB #01 : VMware ESXi 6.7 Installation

Vous le savez surement, j’ai un LAB qui me permet de tester de nombreux systèmes et applications. Jusqu’à il y a quelques jours, j’utilisais Hyper-V. L’hyperviseur de Microsoft fonctionne bien, mais ne connaissant pas bien VMware ESX et Vsphere, j’ai voulu me lancer dans l’installation de cet hyperviseur Barre Métal (de type 1).

Je retournerai surement sur Hyper-V pour plein de raison, mais c’est le moment de s’amuser avec VMware.

Pour rappel, voici la différence entre les hyperviseurs de type 1 et de type 2.

Les types d’hyperviseurs :

Hyperviseur de type 1 :

L’hyperviseur de type 1, aussi appelé hyperviseur natif ou encore « barre metal » est un système qui s’exécute directement sur la couche matérielle de la machine (PC / Serveur). L’hyperviseur « barre metal » est allégé et optimisé pour la virtualisation, il ne fait que ça. Les hyperviseurs de type 1 affichent une haute disponibilité et une fonction de gestion des ressources. Ils offrent également des performances, une évolutivité et une stabilité accrues du fait de leur accès direct au matériel.

Vous pourrez rencontrer VMware ESX, Xen, Trango ou encore Proxmox qui sont tous des hyperviseurs de type 1.

Hyperviseur de type 2 :

L’hyperviseur de type 2 est considéré comme un logiciel, s’installant et s’exécutant sur un système d’exploitation déjà présent sur la machine physique.

L’avantage d’utiliser ce type d’hyperviseur est la possibilité d’installer et d’exécuter autant d’hyperviseurs que l’on désire sur notre système hôte, ce type n’étant pas relié directement au matériel.

Cependant, celui-ci n’étant pas relié directement au matériel mais s’exécutant sur un OS déjà présent sur la machine physique (qui consomme donc déjà des ressources), la quantité de ressources pouvant être allouée aux machines virtualisées est moindre que sur un hyperviseur de type 1.

Parmi les hyperviseurs de type 2, on trouve Hyper-V, VMware Player, VMware Workstation, VirtualPC et VirtualBox.

VMware ESXi

Vous l’aurez donc compris, VMware ESXi est donc un hyperviseur de type 1.

Les prérequis

Avant de se lancer dans l’installation d’un serveur VMware ESX, il y a quelques prerequis à couvrir pour que tout fonctionne correctement.

Processeur :

  • Minimum 2 coeurs
  • Processeur x86 ou x64
  • Pour les processeurs AMD : NX activé (No eXecute)
  • Pour les processeurs INTEL : XD activé (eXecute Disable)
  • Virtualisation processeur activé (Intel VT-x ou AMD RVI)

Mémoire :

  • 4Go minimum, recommandé 8Go

Comme pour le processeur, si vous souhaitez faire tourner de nombreuses machines virtuelles, il est évident qu’il faudra plus de 4Go de mémoires.

Disque :

  • Support de stockage USB, SD Disque SCSI ou encore LUN (sur un Synology par exemple)
  • Minimum d’1Go de disque dur (ouais, c’est tout !)

Compatibilité Matériel :

Vérifier que votre matériel est compatible et certifié VMware ESXi via le VMware Compatibility Guide

Installation de VMware ESXi

L’installation de VMware ESXi est très simple, c’est la configuration qui vous demandera un peu plus d’attention.

Vous pouvez vous procurer VMware ESXi sur le site de VMWare. ESXi inclus une version d’évaluation de 60jours.

Télécharger VMware ESXi

VMware ESXi est distribué sous forme d’ISO, vous pouvez soit le gravé sur un disque ou encore (le plus simple selon moi) créer une clé USB Bootable avec Rufus.

Après avoir inséré votre media bootable, démarrer sur ESXi.

Préchargement de l’installation ESXi.

Ici, c’est juste un welcome de la part de VMware, vous pouvez appuyer sur la touche Entrée pour passer à la suite.

Ici, on accepte l’EULA (End User License Agreement) en appuyant sur la touche F11.

VMware ESXi va scanner votre matériel pendant quelques secondes…

Et vous pouvez maintenant choisir le disque ou vous souhaitez installer ESXi. Attention, le disque sera reformaté. Une fois le disque sélectionné, appuyer sur la toujours « Entrée » pour valider.

Sélectionner la langue pour la disposition des touches de votre clavier (Azerty / Qwerty). Puis appuyer sur la touche « Entrée » pour valider.

Entrer votre mot de passe root, c’est aussi celui qui sera nécessaire pour votre première connexion sur ESXi.

Enfin, confirmer l’installation d’ESXi en appuyant sur la touche F11 de votre clavier. Attention, toutes les données de votre disque seront écrasée.

Détendez vous et prenez un café, mais un café court. L’installation d’ESXi est très rapide.

A la fin de l’installation, vous serez inviter à redémarrer la machine. Retirer votre media d’installation avant le reboot.

A l’issue du redémarrage, vous pouvez maintenant accéder à votre serveur ESXi. Soit via le DCUI, soit via l’interface web en vous connectant sur l’adresse ip afficher sur l’écran. Dans mon cas : http://

Nous avons maintenant ESXi d’installé sur notre machine. Il est maintenant nécessaire de passer à la configuration de notre Hyperviseur. Je passerai en revue la configuration d’ESXi dans un prochain article.

Puisque vous êtes encore là...

...Si cet article vous a aidé ou informé, laissez-moi vous demander une petite faveur. Nombreux d'entre vous utilise AdBlock sur tech2tech. Alors n'hésitez pas à désactiver AdBlock sur ce site ou bien à faire un don pour m'aider à couvrir les frais autour du site.

Si chacun de ceux qui ont lu et apprécié cet article participe, le futur de tech2tech ne pourra être que meilleur. Merci à vous !.

FAIRE UN DON
Tags

Mikaël GUILLERM

Administrateur Système et Autoentrepreneur depuis 2009 chez homeinformatique. Je partage mes connaissances, problèmes et solutions a travers articles ou tweets !

Articles similaires

Fermer
Fermer