MatérielsNAS

Créer son propre serveur NAS DIY de A à Z

Cela fait tellement longtemps que j’ai envie de vous faire découvrir autre chose en termes de NAS ! On a souvent parlé Synology ici, et bien cette fois nous allons voir ensemble comment créer son propre NAS. Partir de zéro, pour construire notre NAS, puis installer l’OS qui nous permettra alors de transformer cette machine en NAS.

Bon, normalement, je n’ai pas besoin de vous rappeler ce qu’est un NAS, mais pour ceux qui se sont perdus voici un très rapide résumé : 

Un NAS (pour Network Attached Storage) est un serveur connecté au réseau, cela peut être à la maison ou en entreprise. Il vous permettra de partager vos données au sein de votre réseau.

Voilà.

Noooooon bien sûr ça c’était il y a 15 ans, maintenant un NAS permet énormément de choses, et c’est presque sans limites avec l’arrivée de Docker.

  • Partage de fichiers (PC, Web, SFTP..)
  • Serveur Web
  • Vidéosurveillance
  • Galerie Photos
  • Centre de téléchargement
  • Serveur de streaming
  • Serveur Domotique
  • Sauvegarde de vos PC et serveurs

La liste est longue… très longue ! La seule limite sera certainement la puissance de votre NAS. Et pour ça le DIY est un excellent choix.

En effet, les nombreuses marques proposant des NAS sont souvent limitées en termes de puissance, ou alors il faudra vendre un bras ou deux.

Vous pouvez tout à fait recycler votre ancien PC pour le transformer en serveur NAS. Vous n’aurez pas besoin de grand-chose. L’autre avantage, ce sera sa modularité, vous allez pouvoir faire évoluer facilement votre NAS DIY. Ajout de carte réseau 10Gb, Ajout de mémoires vives, de disques supplémentaires. Encore une fois, ici, la seule limite sera votre imagination (bon et peut être votre portefeuille aussi).

Même si ici, on sera bien moins cher qu’un NAS grand public à configuration équivalente.

Personnellement, je suis partie sur une nouvelle configuration pour ce NAS. L’idée c’est surtout de pouvoir l’utiliser afin de tester quelques systèmes d’exploitation pour NAS différents.

La configuration de mon NAS DIY

Voici la configuration que j’ai choisie pour mon NAS DIY : 

Une fois le NAS monté/fabriqué, il va falloir s’arrêter sur un système d’exploitation. Le choix n’est pas facile !

Quel OS choisir pour un NAS DIY ?

Il existe de nombreux OS spécialisés NAS et il va falloir choisir.

Windows

Bien évidemment, on oublie Windows, même s’il est possible d’utiliser cet OS pour transformer notre machine en serveur de Fichier avec un raid logiciel ou matériel, mais clairement, oubliez ça tout de suite vous allez très (trop) vitre être limité.

XigmaNAS / NAS4Free

XigmaNAS, est open source et gratuit, il est toujours maintenu à jour, mais manque cruellement de fonctionnalités par rapport à la concurrence. Donc on ne va pas s’attarder là-dessus.

OpenMediavault

OpenMediaVault a bonne presse, il existe depuis un petit moment et tourne suis Debian 10. L’interface est plutôt sobre, avec de nombreuses fonctionnalités, mais me semble tout de même moins aboutit que les prochaines distributions dont je vais parler.

Unraid

Voilà un OS que j’aime bien, super sexy, avec un nombre de fonctionnalités  très intéressantes. Mais attention, ici on parle d’un OS payant. Avec une tarification par rapport aux nombres de disques utilisés, cela va de 59$ à 129$ dans sa version illimitée.

Il est compatible BTRFS et à une gestion un peu particulière du RAID, puisque ce n’est pas à proprement parlé du RAID, mais il sera tout de même possible de réserver un ou deux disques pour la redondance de votre stockage.

Vous allez pouvoir également utiliser Unraid pour virtualiser des systèmes et j’avoue que cette partie-là me plait bien. Surtout qu’il est possible de faire du GPU passthrough et donc de créer une machine virtuelle avec une vraie carte graphique ! Mais il faudra pour ça que j’ajoute une carte graphique à mon setup. Quoi qu’il en soit, vous aurez certainement droit à un petit tuto d’installation d’Unraid d’ici quelques semaines.

FreeNAS / TrueNAS

FreeNAS, maintenant appelé TrueNAS depuis la fusion des noms, est un système d’exploitation pour NAS extrêmement puissant et très connu. C’est l’un des pionners, puisqu’il existe depuis plus de 10 ans maintenant.

Basé sur FreeBSD, il supporte le système de fichier ZFS et ça, ce n’est pas rien. 

ZFS utilise le principe du « copy on write » ce qui permet même en cas de coupure électrique en cours d’écriture que ZFS ne vous renvoie jamais de données corrompues.

Et bien évidemment nous parlons ici de corruption de données, mais ZFS c’est aussi de la redondance avec le RaidZ que l’on peut comparé au Raid classique que vous connaissez peut-être déjà. On retrouve donc le  RAIDZ avec une organisation équivalente au RAID5 (simple parité, autorise la panne d’un disque) et le RAIDZ2 (double parité équivalente au RAID6, autorise la panne de 2 disques). Ou encore le RAIDZ3 pour les plus paranos d’entres vous.

Le ZFS permet également de faire des snapshots facilement afin de revenir rapidement et simplement à un instant antérieur.

À côté de ça, TrueNAS permet également de monter des machines virtuelles et des plug-ins assez facilement. Je vous montre tout ça en vidéo dans la suite de l’article….

Puisque vous êtes encore là...

...Si cet article vous a aidé ou informé, laissez-moi vous demander une petite faveur. Nombreux d'entre vous utilise AdBlock sur tech2tech. Alors n'hésitez pas à désactiver AdBlock sur ce site ou bien à faire un don pour m'aider à couvrir les frais autour du site.

Si chacun de ceux qui ont lu et apprécié cet article participe, le futur de tech2tech ne pourra être que meilleur. Merci à vous !.

FAIRE UN DON

Mikaël GUILLERM

Administrateur Système et Autoentrepreneur depuis 2009 chez homeinformatique. Je partage mes connaissances, problèmes et solutions a travers articles ou tweets !

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page